mardi 24 décembre 2013

Joyeuse nouvelle Helle !



Joyeuse nouvelle clarté (en all. Helle) à tou.te.s, avec un morceau de la compositrice Maude Valerie White"So we'll go no more a roving".

dimanche 15 décembre 2013

La torture rend libre

Je suis actuellement dans l'expectative concernant la cision de la nouvelle coalition allemande sur la réforme de la loi réglementariste sur la prostitution édictée en 2002. J'avoue avoir un peu du mal à me concentrer sur autre chose en ce moment. 

Je copie/colle doncc ici le billet d'Emelire en soutien (merci à elle) à la lutte contre l'exploitation sexuelle intensive des femmes qui peut prendre des formes impensables en Allemagne (lire ici) quand des maquerelles proposent carrément des chambres de torture à leurs clients !   

-----------------------------------------------------------------------------------

Bordels en Allemagne : Les violences aux femmes, "un détail de l'histoire" ? Pétition urgente en solidarité

Pour attirer (ou ré-attirer) votre attention sur la situation intolérable des femmes dans les bordels allemands (légaux!), et le mouvement actuel en Allemagne pour que le massacre s'arrête ! Le journal Spiegel avait notamment publié un état des lieux horrible sur ces bordels, cet article avait été traduit en plusieurs langues (le relire en français lien ICI). 
Je vous invite à lire le texte publié par Euterpe sur son blog ICI et qui parle à la fois de ce crime contre l'humanité que constituent ces bordels, du trafic des jeunes filles juives des années 1900 et des camps de la honte.
Euterpe interpelle notamment "ses visitrices et visiteurs de VITE signer l'appel contre la prostitution en Allemagne, appel notamment à l'initiative d'Alice Schwarzer fondatrice du journal féministe allemand Emma, pétition en version française ICI !  
En solidarité avec les féministes et les femmes en Allemagne !

*

Pour la signature, traduction de quelques termes :Comme pour toutes les pétitions : seules les mentions avec une astérisque (*) sont obligatoires :

- Vorname = Prénom
- Name = Nom
- E-mail = ...
- Wohnort = lieu de résidence (ville / pays)

Puis vous pouvez cliquer sur "Absenden" (= envoyer)

les autres mentions ne sont pas pas obligatoires :
- Land = (c'est pour les allemand-es)
- Alter = âge
- Beruf = métier
- Warum ich... = Raisons de votre signature

Un message de confirmation vous sera envoyé, il suffit de cliquer sur le lien pour confirmer votre signature. merci !

vendredi 6 décembre 2013

Et les camps de concentration en Allemagne ?

La loi pour l'abolition de la prostitution a été votée en France. J'en suis extrêmement heureuse. C'est une véritable chute du mur du sexisme que nous vivons là, un grand moment pour la majorité des féministes, je pense, et des hommes pro-féministes. J'aurais beaucoup de choses à raconter sur la traite des femmes à travers l'histoire mais, étant donné les événements actuels, je me concentrerais uniquement sur l'Allemagne. D'abord parce que j'y vis et ensuite parce que si, en France, il y a eu des avancées remarquables dans la lutte contre la prostitution : maisons closes fermées à l'initiative de Marthe Richard et, maintenant, pénalisation des clients de la prostitution grâce à Navat Vallaut-Belkacem (love), autant en Allemagne, depuis le trafic de jeunes filles juives en provenance d'Europe de l'Est dans les années 1900 et le même trafic de jeunes filles d'Europe de l'Est sans distinction de confession aujourd'hui, en passant par les bordels aménagés pour les soldats de la Wehrmacht et autres horreurs dans les camps de concentration, il n'y a AUCUNE amélioration de la situation, bien au contraire.
Entre les bordels qui offrent la bière, la saucisse grillée et la femme en un paquet pour 69 €, les filles déguisées en écolières pour les amateurs, les filles déguisées en princesses, les gangbang qui sont des tournantes ou mises en scène de viols en groupe offert aux clients sous la mention "satisfait ou remboursé", le nombre invraisemblable de sortes de bordels : éros-center, maisons de passe, bordels de rue, maisons de rendez-vous, appartements, salons de massage, studios de domina, nightclubs, clubs dits de "nudistes", ciné sexe, le "client" ne sait plus où donner du phallus.
JAMAIS dans l'histoire allemande, n'ont été fermées de "maisons closes", c'est-à-dire de bordels. Bien au contraire. Depuis la loi réglementariste de 2002, on en ouvre en MASSE. À croire que l'économie allemande doit sa bonne santé à cette "industrie", nommée d'ailleurs : "industrie du sexe". Ce moi-ci, à Sarrebruck, ville de 180.000 habitants où se trouvent déjà pas moins de 100 bordels, il va en ouvrir un 101ème de 6000 m² avec 5 étages. Il faut savoir qu'aucune autorisation n'est requise pour ce faire alors qu'ouvrir une baraque à frites nécessite beaucoup de démarches. 
Sous la pression de quelques élu.e.s et, entre autres, de la féministe Alice Schwarzer qui a démarré une campagne contre la prostitution à laquelle se sont jointes 90 célébrités, la coalition SPD/CDU qui vient de se former, veut apporter quelques modifications à la loi réglementariste de 2002, dit-elle. Mais quand on regarde de près de quoi il s'agit, on s'aperçoit que ces modifications ne modifieront rien ou si peu que cela ne vaut même pas la peine d'en parler. Il s'agit juste de faire taire la contestation.
Interdire les forfaits, instaurer une demande d'autorisation spéciale pour l'ouverture d'un bordel, relever l'âge des filles de 18 à 21 ans, pénaliser le client s'il est prouvé qu'il avait conscience que la fille était forcée (d'après l'interprétation qui en est faite par les légistes, cela veut dire : si pendant l'acte quelqu'un tient les mains de la fille !).
Non. Tout cela est indigne et carrément insupportable!

L'abolitionniste Denise Pouillon taxait déjà en 1984 les eros-center allemands de "camps de concentration du sexe".
Trente ans plus tard, il y a de quoi hurler.
Alors, merci à mes visitrices et visiteurs de VITE signer l'appel contre la prostitution en Allemagne ici  ! Parfois je me demande ce qui se passerait si, un jour, on ouvrait tous ces bordels dans lesquels sont enfermées ces jeunes filles qui ne parlent pas allemands, bien entendu amenées par des réseaux, et qui doivent s'y tenir NUES toute la journée. Combien de temps y restent t-elles ? Dans quel état en sortent-elles ? En sortent-elles seulement ? Ou ne disparaissent-elles pas mystérieusement ? Qui le sait ? Personne. La police n'a aucune possibilité d'enquêter puisque la prostitution est parfaitement légale.
Parfois, je me demande si l'on ne va y pas trouver des charniers comme après la seconde guerre mondiale...
J'exagère ? Peut-être. Peut-être pas.

Manifestation de Femens devant un eros-center au printemps 2013