vendredi 30 août 2013

Millicent Fawcett et son sac à main

C'est toujours lorsqu'on a un peu la notion de sa propre valeur et que l'on se retrouve confrontée à l'une ou l'autre injustice flagrante que l'on décide en tant que femme de se révolter et de s'engager dans la cause féministe. Ainsi Millicent Fawcett se fait voler son sac à main. Elle se rend au poste de police, veut y faire une déclaration de vol, et là, qu'apprend-elle ? Que c'est impossible. Pourquoi ? Car "son" sac à main n'est pas à elle. Il est la propriété de son mari. 
Millicent est atterrée. Elle dira plus tard qu'en entendant cela, elle a eu l'impression de s'être faite encore une fois voler son sac à main. Ainsi, aucune des choses qu'elle avait cru lui appartenir n'auraient été à elle ? Aurait-elle été corps et biens la propriété de quelqu'un d'autre comme une esclave ?
Millicent Fawcett n'est pas Emmeline Pankhurst avec sa rage et son envie de tout casser chevillées au corps parce que seule, pauvre, avec de nombreux enfants et aucun droit. M.F. est d'une famille aisée, libérale et progressiste. Ses parents sont intelligents et généreux. Les enfants étudient. Sa soeur sera la première femme médecin du Royaume-Uni. De plus Millicent épouse l'ami d'un militant pour les droits des femmes. C'est avec l'appui de son mari qu'elle luttera pour


le droit de vote des femmes. Description de cette image, également commentée ci-après

Millicent Fawcett fut une très grande féministe pacifique qui a énormement oeuvré pour l'amélioration de la condition des femmes, notamment des femmes dans la prostitution. Pour la question du droit de vote, elle n'approuvait pas l'activisme violent et spectaculaire mais elle n'a jamais critiqué celles qui s'y adonnaient car elle savait qu'elles se battaient pour les mêmes droits. Elle ne s'en est jamais prise aux activistes en guerre avec l'État même si elle pensait que la violence était contre-productive et même quand le public s'est mis à faire l'amalgame entre son mouvement et celui d'Emmeline Pankhurst.

Une privilégiée qui ne stigmatise pas les militantes non-privilégiées est selon moi un exemple à méditer. Même si elle ne comprenait absolument pas qu'elles aient choisi des procédés guerriers, Millicent Fawcett ne blâmait pas en public ces "casseuses", issues de divers horizons, comme font aujourd'hui certaines féministes "établies" avec des féministes émergeantes et qui ont pourtant le même but : se réapproprier ce corps qui ne semble jamais appartenir aux femmes à l'instar du sac à main  de MF.
Le respect inconditionnel pour les autres dont MF a fait preuve dans cette lutte est l'un de ses plus grands mérites.
La bataille séparée mais mentalement conjointe au-delà des dissensions, des militantes pacifiques de Millicent Fawcett et des activistes d'Emmeline Pankhurst a été nécessaire pour faire plier la mâlitude britannique et entamer un peu de son extrême arrogance. Que les féministes d'aujourd'hui en retirent l'enseignement qui s'impose.
Si l'union n'est pas possible, rien n'oblige à être dans la désunion exhibitionniste.

dimanche 25 août 2013

Christabel Pankhurst, la première cracheuse sur policeman de l'histoire...

...pour des raison politiques.
Christabel Pankhurst est l'une des trois filles d'Emmeline Pankhurst. C'est la raison pour laquelle je vois en Emmeline Pankhurst, la mère des suffragistes. Ses filles Adela, Sylvia et Christabel luttèrent aussi pour les droits civiques des femmes. Une lutte qui dura cinquante ans ! Largement le temps de trouver deux générations de femmes à la suite dans ce combat.

Christabel étudia le droit mais ne put exercer aucune profession dans ce domaine puisqu'elles étaient toutes interdites aux femmes.







 Au cours d'une assemblée d'hommes politiques (meeting du Parti libéral en 1905 à Manchester avec Winston Churchill, entre autres), Christabel et son amie Annie Kenney vinrent lancer à haute voix la question du vote des femmes. Trouvant que son beau meeting était perturbé par des importunes, Churchill et ses amis demandèrent à la police de les faire sortir manu militari. Christabel cracha à la figure du policeman qui la tenait et fut mise en prison pour trouble à l'ordre public ainsi que "technical assault" (crachat). Ele choisit de faire de la prison plutôt que de payer l'amende.

 Ce crachat fut la première violence de la lutte des Pankhurst. Elles décidèrent très vite que puisqu'elles n'avaient pas voix au chapitre dans l'élaboration des lois, elles n'avaient aucune raison de les respecter. C'est à partir de ce moment-là qu'elles commirent toutes sortes d'actions "hors-la-loi".

Les Pankhurst furent les plus grandes agitatrices de la lutte pour les droits civiques.

Dans la vidéo ci-dessous, on voit Christabel et Annie tenir un grand panneau "Vote for Women". Christabel est celle de droite.



jeudi 22 août 2013

Emmeline Pankhurst, mère des suffragistes

Emmeline Pankhurst est pour ainsi dire considérée comme la mère des suffragistes. À l'âge de 14 ans déjà, elle milite pour le droit de vote des femmes depuis son école de filles de Neuilly sur Seine près de Paris avant de fonder une association pour le droit des votes des femmes à Londres en Angleterre.

En réalité de l'autre côté de l'Atlantique, Elizabeth Cady Stanton avait déjà fondé la "National Woman Suffrage Assocation". Malheureusement morte en 1902, elle n'aura pas vu l'aboutissement de son combat poursuivit par l'anglaise Emmeline Pankhurst et parallèlement l'américaine Alice Paul aux États-Unis.


"En 1999 le Time a nommé Emmeline Pankhurst comme étant l'une des 100 Personnalités les Plus importantes du XXe siècle ; « elle a donné un idéal aux femmes de notre temps ; elle a fait trembler la société vers un nouveau destin qui ne pourrait avoir aucun retournement. » Elle a été largement critiquée pour sa tactique militante et les HIStoRIENs sont en désaccord sur leur efficacité, mais son action est reconnue comme un élément crucial pour l'obtention du droit de vote pour les femmes en Grande-Bretagne" (tiré de Wikipédia).

En effet, elle organisait des actions offensives comme de s'enchaîner aux lampadaires, provoquer des incendies dans des immeubles, faire la grève de la faim ou bien encore couper les fils des télégraphes.
C'est elle qui fut derrière l'attentat à la bombe (posée par Emily Davison) dans la résidence du chancelier David Lloyd Georges. Elle prit 3 ans ferme. S'en suivit une avalanche d'actions similaires de la part des autres militantes. Elles jetèrent par exemple du poivre et un chat mort sur le premier ministre Herbert Asquith mais perpétrèrent aussi d'autres attentats à la bombe et d'autres incendies dans tout le pays. On parla de Reign of Terror (règne de la terreur)..
Emmeline fut libérée l'année de son emprisonnement pour des raisons de santé dues à sa grève de la faim.
Les actions se poursuivirent à coups de bombes, acide dans les boîtes aux lettres, incendie d'églises pendant lesquels les militantes entonnaient "God save Emmeline Pankhurst".
Le summum fut atteint avec la mort d'Emily Davison qui rentra en collision avec le cheval de George V au derby d'Epson le 4 juin 1913, ce qui fit dire à Emmeline Pankhurst qu'elles forceraient leurs adversaires dans la position de pouvoir leur dire "Donnez-nous notre entière liberté ou tuez-nous".  

S'en suivirent le ballet des grèves de la faim, des nourrissages forcés et des remises en liberté.

Puis Emmeline est arrêtée en voulant remettre une pétition au roi. Elle crie "“Arrested at the gates of the Palace. Tell the King!” (Arrêtée aux portes du palais. Dites-le au roi ". La photo fait la une de tous les journaux et devient l'un des documents les plus importants de l'histoire du féminisme (ou de l'herstoire).
File:Emmeline Pankhurst Arrested 1907-1914.jpg

vendredi 16 août 2013

Molly Brown, suffragette et rescapée du Titanic

 
(...) Embarquée dans le canot de sauvetage numéro 6, qui pouvait accueillir 65 personnes, aux côtés de seulement 24 femmes et 2 hommes, Molly Brown, vêtue d'un deux-pièces en velours noir, a tenu tête au maître de manoeuvre Robert Hichens. Celui-ci, craignant que les survivants en détresse, pris de panique, ne fassent chavirer le canot, refusait de retourner sur les lieux du naufrage. (...). Et quand Hichens a pris pour une étoile filante une fusée lumineuse lancée par un bateau qui venait à la rescousse des naufragés, elle l'a menacé de le jeter par-dessus bord (sans toutefois employer de pistolet, comme dans le film de 1964 qui porte son nom). Après avoir pris le commandement de l'embarcation, elle a ordonné aux femmes de ramer et a conduit tout le monde en lieu sûr. Molly Brown a ainsi fait preuve d'un courage extraordinaire.
Née Margaret Tobin à Hannibal, au Missouri, en 1867, elle a un jour quitté son village pour se rendre à Leadville, une municipalité du Colorado en plein essor. (...) Elle y a fait la rencontre de James Brown, un prospecteur de 13 ans son aîné, à la faveur d'un pique-nique paroissial. Elle l'a épousé en 1886, sept ans avant qu'il trouve de l'or dans la Little Jonny Mine et commence à édifier sa fortune, qui allait atteindre 5$ millions.
Molly a beaucoup voyagé en Europe, souvent en compagnie de son fils, Lawrence, de sorte qu'elle maîtrisait plusieurs langues. Après le naufrage du Titanic, (...) Molly Brown a amassé des fonds pour les survivants non fortunés. Elle a également lutté aux cotés d'Alva Belmont pour que le droit de vote soit accordé aux femmes  Elle est décédée d'une crise cardiaque en 1932.

(Source). Lire aussi l'entrée de Wikipédia très complète et très documentée (et faite avec plus de finesse que ce résumé). Cliquer sur le nom "Molly Brown" en haut de page.  

Edith Bowermann dont je parle ici, fut aussi une suffragette rescapée du Titanic et se trouva également dans le canot de sauvetage n°6 dont Molly Brown prit le commandement.

Une comédie stupide a été créée d'après cette histoire du Titanic. Elle s'appelle "L'insubmersible Molly Brown" en anglais et "La reine du Colorado" (?) en français dont le synopsis débute comme suit sur cinefil.com : Une jeune orpheline élevée par un trappeur, est un véritable garcon manqué. Mais la petite sauvageonne a beaucoup de volonté, et décide de devenir une dame distinguée. Elle trouve un travail de serveuse dans un bar, ou elle fait la connaissance d'un garçon qu va bouleverser sa vie.... (La bande-annonce est ici).


The Unsinkable Molly Brown.jpg
(Une femme courageuse est un sujet de moquerie perpétuel pour la mâlitude).

mercredi 14 août 2013

Il y a cent ans : Inez Milholland Boissevain


Le 3 mars 1913, Alice Paul et Lucy Burns organisent en collaboration avec d'autres femmes comme Inez Milholland Boissevain une manifestation-spectacle de grande envergure. 8000 femmes défilent en costume blanc du Capitol à la Maison Blanche. En tête du cortège,  Inez Milholland Boissevain est montée sur un cheval blanc. L'événement attira un demi-million de spectateurs et reçut une publicité énorme de la part de la presse. Mais les rencontres avec le nouveau président (Woodrow Wilson), les piquets devant le Maison Blanche, les grèves de la faim en prison qui suivirent, tous ces efforts restèrent vains. Ce fut seulement après la guerre et sous la pression de l'opinion publique que Wilson changea d'avis.






L'avocate et journaliste américaine portait une bannière sur laquelle était écrit “Forward Out of Darkness, Leave Behind the Night, Forward Out of Error, Forward Into Light." ("Avançons hors des ténèbres, quittons la nuit, sortons de l'erreur, allons vers la lumière").
Nous étions dans un univers encore très imprégné de christianisme et ce slogan n'est pas sans évoquer les chrétiens qui auraient été appelés des ténèbres vers la lumière par Jésus-Christ ou quelque chose d'approchant.
Aujourd'hui, le féminisme (occidental) ancien est imprégné de valeurs écolos, néopaiennes et multicultis qui ont émergées dans les années 1968 et suivantes,  le féminisme nouveau est plus mu par des valeurs en rapport avec le corps magnifié comme dans le système économique dans lequel nous vivons.
Mais si les formes de manifestations sont très peu ressemblantes, le désir de voir les femmes reconnues par les hommes comme des êtres humains de valeur égale à eux, est identique. 
Pendant la 1re G.M., Inez fut correspondante de guerre et milita en tant qu'avocate pour un règlement pacifique de la guerre. Elle revint aux USA en 1916 et fit une tournée de promotion du suffrage des femmes dans 12 états de l'ouest des États-Unis. Le 22 octobre 1916, En prononçant un discours public à Los Angeles, Inez s'effondre. Elle mourra d'une anémie pernicieuse à l'âge de 30 ans en novembre 1916.


Inez Boissevain lors du défilé des suffragettes à Washington, DC, en 1913.


Le personnage dans le film : "Iron Jawed Angels"pioché sur un billet de blog comparant la fiction à la vérité historique.


Inez Boissevain fut déclarée martyre du mouvement pour le suffrage féminin.  Un mémorial à son nom a été dressé au Capitol en 1916.
  
Sa dernière phrase publique avait été : "Mr. President, how long must women wait for liberty?" 

(Lien en anglais ici ). 
http://www.sewallbelmont.org/womenwecelebrate/inez-boissevain/

vendredi 9 août 2013

Isyan!

Contrainte à une courte pause, je vous laisse écouter ceci...

 ...en attendant de poursuivre ma série sur les suffragettes(gistes).

(Isyan = "Debout" en turc ou plutôt en Turques ; Olur/Olmaz = je ne sais pas ce que cela veut dire (Être/Ne pas être ?) en tous les cas ce sont tous les deux des chants féministes). 

Je recommande aussi le visionnage de cette extraordinaire bande-annonce du festival du cinéma féministe turc.  B.-A qui n'a absolument pas besoin de traduction.

jeudi 1 août 2013

Il y a dix ans, Marie Trintignant...

....mourait sous les coups de celui qui, prétendument, l'aimait. C'était le 1er août 2003.
marie trintignant colette 2.jpg

Marie Trintignant était-elle plus grande ou plus petite que son assassin ?



img

 Je me pose cette importante question car il paraît que "les chercheurs" chiantifiques ont fait une découverte sensationnelle : les femmes qui regardent les hommes de haut sont pratiquement mortes. Ce n'est qu'une question de jours et si elles n'ont pas déjà le cancer c'est qu'il viendra demain.

Elles ont le culot de voir les hommes de cette manière désavantageuse pour eux :
Plongée
Légende originale : "La plongée rapetisse le sujet, le déforme".

 
Normal que le cancer les choisissent (les hommes grands, eux, sont naturellement protégés, c'est bien connu, par la sainte Testostérone priez pour nous, Amen)
Tandis que les femmes qui ne peuvent voir que les hommes d'en bas (exemple, photo ci-dessous empruntée ici) sont sauvées!!!! Elles ne mouront pas prématurément.
C'est chiantifiquement prouvé par de grands chiantifiques et la presse qui ne diffuse que des informations sérieuses, nous en a immédiatement informé.e.s pour que nous ne mourrions pas idiotes, c'est important.
Cela méritait donc d'être dit.



Pour me donner plus d'autorité, j'ai décidé que maintenant je me ferais prendre en photo uniquement en contre plongée.
"Pour me donner plus d'autorité, j'ai décidé que maintenant je me ferais prendre en photo uniquement en contre plongée".

Vous êtes averties, les grandes : à partir de maintenant, les petites vont se moquer de vous et vous les regarderez avec haine. Pendant ce temps la mâlitude continuera à tout casser en se faisant passer pour des supermen.

Pour plus de littérature sur le sujet, je vous renvoie au billet de Sandrine et à celui d'Emelire.

Marie Trintignant mesurait 168 cm. Bertrand Cantat mesure 190 cm. Si l'inverse avait été vrai, elle ne serait peut-être pas morte.
Conclusion : grandes femmes que les hommes ne peuvent pas tuer parce qu'ils leur manquent des centimètres, vous êtes maudites, la nature vous tuera. C'est bien connu que la nature est l'amie de la mâlitude (mais pas l'inverse).

Petites femmes, vous pouvez à tout instant être tuées par l'homme qui vous aime, c'est plus smart.


Et pour celleux qui douteraient encore du machisme ambiant, je voulais ajouter un billet de Sable du temps mais je n'arrive plus à accéder à son blog, alors ce sera pour plus tard. En attendant, je vous recommande celui-ci qui n'est pas non plus piqué des vers !