dimanche 30 octobre 2011

Lotte Kühn, membre du comité central du KPD

Comme je suis en train de lire diverses biographies allemandes de Charles Quint, et en attendant de parler des femmes de son entourage, je me pose aussi comme Sandrine des questions sur le pouvoir, la tyrannie, la dictature, les dictateurs et le fascisme. Au XVIe siècle ce dernier terme n'existait pas mais dans son sens large, il aurait pu tout à fait s'appliquer à la politique de Karl der Fünfte dit en francais Charles Quint. Comme quelques uns de ces successeurs modernes, l'empereur romain germanique était très bien intentionné. Il voulait maintenir et étendre l'unité de la Foi catholique si possible pacifiquement sinon par la violence. Il se voyait en unificateur. Or l'unification ne s'obtient en définitive qu'au prix du sang.
Mais quand on est persuadé que Dieu approuve...

Le billet de Sandrine m'a également interpelée en raison d'un film auquel j'ai participé en me fondant dans la masse des militant.e.s du KPD (parti communiste allemand des années 1930) réfugié.e.s à "l'hôtel Lux de Moscou" (en réalité un vieil hôtel de Berlin) peu avant le pacte germano-soviétique. Il vient de sortir et je suis allée le voir hier soir. Je n'avais pas trop d'espoir à la lecture des critiques, j'ai donc été heureusement surprise (sans parler du fait qu'il m'a permis de me rappeler des moments de franches rigolades durant le tournage*). Le (peut-être) pari de réussir une comédie à la Charlie Chaplin / Ernst Lubitsch / Tarantino est gagné, je crois. S'il passe en France, allez le voir.
En gros, un comique antifasciste parodiant Staline dans un spectacle de variété à Berlin contraint de fuir à Moscou se retrouve malgré lui au service du vrai Staline en tant que son astrologue...
Seule ombre à la pellicule : il y a une femme à la tête du Comintern et elle ne nous est pas présentée dans le film alors que tous les membres masculins le sont ! Je me suis donc livrée à quelques recherches particulièrement chronophages et ayant d'abord cru que c'était la célèbre révolutionnaire Alexandra_Kollontai j'ai fini par conclure qu'il s'agirait plutôt de Lotte Kühn, la future épouse de Walter Ulbricht, le constructeur du mur de Berlin.
C'est inadmissible de passer ainsi son identité sous silence alors qu'elle siège à la tribune avec tous les membres masculins !

Ici la bande-annonce malheureusement en allemand (la femme à gauche de la page de garde qui demande à Ulbricht en train de construire un mur en morceaux de sucre, ce qu'il fait, est cette femme dont l'identité ne nous est pas révélée) :



Dans ce film "l'humain" sympathiquement incarné par Michael Herbig, c'est l'acteur (trice?) comique qui est au dessus des valeurs d'autorité, de violence et de domination dont parle Sandrine dans son billet sur le sujet.
J'aime cette idée.

* mis à part une séance de harcèlement franchement limite alors que je me retrouvais coincée avec un figurant dans un cagibi !

mardi 25 octobre 2011

Dévisagé.e.s puis défiguré.e.s

ça y est ! J'ai réussi à entrer à l'expo "Visages de la Renaissance" ! Un ami et moi avons décidé de nous poster devant le musée dans une petite file d'attente de "sans-ticket". Je suis restée dans la file pendant qu'il allait s'informer. Il est revenu me confirmer qu'il n'y avait plus de billet mais que dans dix minutes on viendrait nous dire s'il serait quand même possible d'entrer. Dix minutes plus tard nous étions dedans ! Coup de chance inouïe car beaucoup de gens sont venues de cette façon et sont reparties bredouilles.





Bravo à l'équipe organisatrice : l'expo était extrêment bien faite. Il était obligatoire de se munir d'un audioguide, ce qui obligeait les visiteurs à se taire (pas toujours évident sans cela) et à avancer à un rythme égal. Notre nombre avait du être minutieusement calculé parce que la visibilité était excellente. De plus toutes les peintures étaient exposées sur fond noir, on ne voyait donc qu'elles. Et les commentaires étaient à la fois instructifs et divertissants. Seule ombre au tableau, si je puis dire : devant la belle ferronnière (la dame à l'hermine) l'attroupement était permanent.
Ce fut pour moi un moment doublement troublant que cette visite, d'abord parce que je n'avais plus mis les pieds dans ce musée depuis la disparition de Berlin-Est où il se trouvait avant et parce que j'étais tout à coup en présence de tableaux que je connais très bien. Curieusement c'est la Vénitienne de Dürer qui m'a le plus impressionnée.
Il n'y avait bien entendu pas de peinture ni de sculpture féminine. La seule femme célébrée autrement que comme modèle fut Isabelle d'Este par l'intermédiaire d'une médaille d'or sertie de pierres précieuses à son effigie (celle même dont Kenza s'est servie pour illustrer sa réponse à mon tag) .
Sinon à l'entrée et à la sortie de l'expo, on avait dépecer les visages et couper les têtes pour en faire des sacs (La belle ferronnière et Ginevra Benci), des protège-pare-brise magnétiques (Simonetta Vespucci), des gommes (La Joconde), des chauffe-oeufs (Marietta Strozzi), des badges (les yeux de Ginevra Benci).
J'ai trouvé intéressant de fabriquer de nouvelles images à partir de cette étrange camelote.

Encore un détail : le ticket que j'ai finalement reçu portait le numéro 999. Et alors ?...non, rien.

Ajout de 13.42 : sur ce blog français (presque) tous les portraits de l'exposition !

dimanche 23 octobre 2011

Des yeux surdimensionnés vous regardent...


Pour Tania, JEA, Colo, Hélo, Hypathie, luciamel, toutes et tous : ces quelques photos où des visages de la Renaissance sont en train de jouer à Big Brother dans la capitale allemande !





Et ceci n'est qu'un pâle aperçu de l'envahissement de l'espace publique par la pub d'une expo qui doit s'assurer une file d'attente de deux heures minimum à l'entrée du musée même avec un billet réservé. Étrange politique muséale...est-ce pour couvrir le coût de l'organisation ? En tout cas, ça fait peur !

mardi 18 octobre 2011

Visages de la Renaissance



(photo trouvée sur internet)

Si je suis un peu absente de ce blog depuis quelques jours, c'est que ce tableau, entre autres portraits de la Renaissance, n'est plus visible que jusqu'au 31.10 au Bode Museum de Berlin dans le cadre d'une expo intitulée "Gesichter der Renaissance" (Visages de la Renaissance) et je suis en train de me dépêcher d'obtenir un ticket d'entrée alors qu'ils ont en principe tous été vendus depuis des lustres avant même l'ouverture officielle de l'exposition. Mais je n'ai pas encore dit mon dernier mot....

Ajout de 13.27 à propos de "Occupy Berlin" : au dernière nouvelle 12 personnes d'un groupe de 200 manifestants ont essayé dimanche de réinstaller un campement devant le Reichstag mais leur matériel a aussitôt été confisqué par la police qui leur aurait remis un numéro pour se rendre au poste afin d'y retrouver leur tente etc. A suivre.

dimanche 16 octobre 2011

occupare Berlin


L'action "occupy Berlin" ou la guerre des nerfs telle que je l'ai vue (la suite ici et )

Impossible de trouver une page internet relatant les événements d'hier sur la tentative d'occuper la place qui se situe devant le Reichstag par le mouvement de protestation des indignés de Berlin répondant à l'appel mondial des "Indignés" du 15.10.2011.
Alors, je refais une digression dans le temps présent pour en parler moi-même.

La police allemande n'a cessé de perturber l'action et de faire des incursions dans le sit in afin de démonter les tentes dressées pour l'occasion et d'intimider les occupants.
Je suis venue apporter des couvertures et m'apprêtais à passer la nuit là à la belle étoile sous des étoiles effectivement visibles et proches à les toucher. De plus, avec le faisceau du projecteur éblouissant notre groupe de 1000 personnes, tout ce qui passait dans l'air était joliment illuminé, et j'observais tranquillement passer des chauve-souris, des canards, des phalènes dorées sur fond noir, s'envoler des volutes de fumée, des bulles, des notes de guitare (moins visibles), tout ce qui montait de notre groupe serré, se distribuant de la nourriture, du thé, des sacs poubelle, des plaques de polystyrène, du carton pour se préserver de la froidure, des mots d'encouragement. J'avais enfilé plusieurs pulls, des collants, des chaussettes de montagne, un bonnet, des gants et apporté mon sac de couchage et me préparait naïvement à passer la nuit là. Mais c'était sans compter sur les forces de "l'ordre" qui sont venus me piétiner (la botte d'un robocop a durement heurté mon genou gauche) pour embarquer d'abord les tentes, puis les matelas isolants enfin les gens.
Je n'ai opposé aucune résistance.
Dommage pour la nuit à la belle étoile.Lien

Sur la vidéo, la police fait sa première incursion, il ne fait pas encore nuit, ils ne sont pas encore casqués ni masqués. On les accueille aux cris de "Allez-vous en " (Haut ab !), "Honte à vous" (Schämt euch !), "Nous sommes pacifiques, qu'êtes-vous ?" (Wir sind friedlich, was seid ihr?) et aussi "Asseyez-vous avec nous", "Désobéissez aux ordres", "Nous sommes le peuple", "Vous faites aussi parti des 99%", etc...
Une fois, ils ont renoncé à emporter une tente mais à minuit pile, ils ont traîné parfois très violemment les récalcitrants.
A l'heure où j'écris ces lignes : récidive du mouvement "occupy Berlin", samedi prochain. Je ne dis pas où.

Ajout du 17.10 : je cite : "La veille, la police berlinoise avait réussi à empêcher certains des 10.000 participants à une première manifestation à camper devant le siège du Reichstag, le parlement fédéral." sur le JN
Ben oui, et le monde peut voir de quelle façon.
Importante galerie d'images documentant les brutalités sur
Flickr

mercredi 12 octobre 2011

Qui cueille une fleur dérange une étoile

Encore un petit mot sur Simin Barakzai : elle a gagné la confiance des afghans en exprimant son désir de justice et s'est fait élire grâce à sa vision, son intelligence et son parler vrai. Elle espérait devenir un jour présidente de l'Afghanistan, Comme le souhaite l'héroine du film de la réalisatrice Hana Makhmalbaf "A cinq heures de l'après-midi" dont voici la bande-annonce..


A cinq heures de l’après-midi - Bande Annonce FR von _Caprice_

Les médias se taisent mais ce qui se passe là-bas nous concerne toutes et tous. le grand humaniste écologiste et spécialiste du désert, Theodore Monod, disait que dans l'univers tout se tient et l'exprimait par cette phrase : "Qui cueille une fleur dérange une étoile".

Et, en effet, le déchaînement de sexisme que nous subissons en France depuis mai 2011 pourrait bien être cette fleur cueillie qui a dérangé l'étoile Simin Barakzai en Afghanistan.
Si l'occident s'impose un jour comme le défenseur sans concession des Droits des Femmes, alors les Hamid Karzai du monde hésiteront à destituer des parlementaires chez eux, juste parce qu'elles sont femmes.
Que nos élu.e.s à nous s'engagent clairement dans ce domaine ! Il est plus qu'urgent maintenant !

Simin Barakzai, élue du peuple afghan, est aujourd'hui en danger de mort

Dans la foulée du prix Nobel de la Paix décerné à trois femmes de pays dans des situations très critiques, et avant de reprendre le fil interrompu de mon blog, je tiens à relayer une information qui ne fait guère de bruit en France :

Simin Barakzai députée au parlement afghan, est en grève de la faim. Elle conteste son éviction du parlement - ainsi que celle de huit autres membres -, où tous siégeaient légalement.

La vie de cette jeune femme est aujourd’hui en danger.


Une tente plantée devant le parlement. A l’intérieur, une jeune femme, élue du peuple, qui refuse depuis dix jours de s’alimenter et menace aujourd’hui de faire la grève de la soif avec les conséquences que l’on sait. Ses amis s’alarment. Que s’est-il donc passé ?

859182.jpg

Elle a trente ans et trois enfants. En septembre 2010, la jeune femme de Herat se porte candidate aux élections législatives. Elle est élue. La Commission électorale indépendante (CEI), tout comme les instances internationales, entérinent les résultats du scrutin. Durant les mois qui suivent, Simin Barakzai travaille donc en tant que représentante du peuple, au sein du parlement.

Pendant ce temps là, le président Karzai, qui visiblement n’apprécie pas tous les élus du peuple, crée une Cour spéciale ad hoc en charge de ré-éxaminer les résultats avalisés par la CEI. Cela, en violation avec les articles 33, 86 et 156 de la Constitution afghane et de l’article 58 de la Loi électorale qui stipulent qu’ « aucune institution, y compris la CEI, n’a autorité à exercer quelque modification que ce soit sur le résultat d’une élection, une fois le scrutin validé. » Karzai le sait et met en avant « l’intérêt national ». Du côté des instances internationales, on parle de « solution à l’afghane » !

859174.jpg

La Cour spéciale commence par annuler la validité des mandats de 62 parlementaires. Face à la contestation d’un groupe de députés réunis en Coalition pour la défense du Droit, elle revoit ses prétentions à la baisse, mais neuf députés demeurent déchus de leur mandat, dont Simin Barakzai*.


La « solution à l’afghane », les Afghans ne s’en satisfont pas. Le 3 septembre, jour de la rentrée parlementaire, seuls 50 députés participent à la session d’ouverture lors de laquelle ils prêtent serment à la Constitution. 50 sur 249 élus… les autres sont dehors, solidaires des neuf députés déchus sans lesquels ils ne veulent pas entrer. La police cerne le bâtiment dont elle contrôle l’accès. Tous resteront dehors.

859175.jpg

La Coalition pour la défense du Droit est un groupe parlementaire qui comprend 135 membres. Elle s’est donnée pour mission de réagir à toute action et décision prises par l’exécutif qui vont à l’encontre du Droit et de la Constitution. Simin Barakzai est une militante active de ce groupe, investie dans la défense des droits des femmes et une journaliste active. Aujourd’hui, sa vie est en danger. La Coalition appelle à une mobilisation internationale pour que le Droit soit respecté en Afghanistan et que les neuf députés recouvrent leur mandat.


Françoise Causse.

Sur Afghana.org


* la seule femme parmi les représentants du peuple.

vendredi 7 octobre 2011

L'espoir de paix porté par trois femmes

Les Libériennes Ellen Johnson Sirleaf et Leymah Gbowee, ainsi que la Yéménite Tawakkol Karman, ont reçu cette année le prix Nobel de la paix. Ces lauréates portent à 15 le nombre de femmes ayant reçu ce prix prestigieux.

Leymah Gbowee
Ellen Johnson Sirleaf

Tawakkul Karman

ET VIVE LES GRANDES FEMMES !

De Primariis

Tag : Le choix des blogueurs



A perdre la raison
des pas perdus
Partageons mon avis
Chez Homer
La Maison du Faucon
Je n'ai rien à dire ! et alors ??
Mon avis t'intéresse
Carnet de notes de Yann Savidan
Bah !
Le grumeau
LES JOURS ET L'ENNUI DE SEB MUSSET
Unhuman
Alluvions
Lyonnitude(s)
Le Blog de Gabale
Chez El Camino
Les divagations NRV de cui cui fit l'oiseau.
Au comptoir de la Comète
Mon Mulhouse
Ruminances
Les privilégiés parlent aux Français...
Variae
Philippe Méoule
les échos de la gauchosphère
Quelque chose à dire
A toi l'honneur !, la suite...
Alter Oueb
Sarkofrance
Saint-Pierre-des-Corps, c'est où ça
De tout et de rien, surtout de rien d'ailleurs
mtislav
100 000 V
Engagée
Peuples.net
blog de David Burlot
La revue de Stress
Les Peuples du Soleil
Rimbus le blog
Le Solitaire de la Lune
L'Hérétique
Ce Que Je Pense ...
Mon Mulhouse les Photos-Montages
Les coulisses de Sarkofrance
Du petit monde de Gildan
Trublyonne voit la vie en rouge
La rénovitude
Arnaud Mouillard
le blog de polluxe
Je pense donc j'écris
L'actu...sans blagues!
Intox2007.info
Sète'ici
Section socialiste de l'île de Ré
Entre Musique et Politique
Nouvel Hermes
Zette And The City
[Unhuman]geek
Le blog de Hypos
La lettre de Jaurès
Mon Mulhouse le blog 100 % BIO
Chez dedalus
Ecume de mes jours
Le blog de Rébus
FEIGNIES Ensemble-FEIGNIES Pour Tou
Marre et remarre
La France de toutes nos forces
Parti socialiste de la ville d'Anzin
Antenne-relais
Traqueur Stellaire
Gularu #Blog
Météo Mulhouse
Désirs d'Avenir Hérault
Karachi Gate
Détours à Tours
Princesse101
Humeurs de vaches
Homer d'alors
Moi, je
Les aventures d'Euterpe
Internet Chine
Je hais les journaux intimes
Le jour et la nuit
Reservus'blog...
THE SUN SHINES,THE SKY IS BLUE
Partageons Mon Univers
CAC 69
Avec Ségolène
remuons nos méninges
La Brée-les-Bains
Virginie B
Le blog du modérateur
Hashtable
Le blog de Guy Birenbaum
Voie Militante
Monsieur Poireau
Ménilmontant, mais oui madame...
Chroniques d'une Chocoladdict
Un raleur de plus
Ségolène Royal Présidente en 2012
Désirs d'Avenir Buxerolles 86
C'est juste histoire de dire
Le blog de aurelinfo.over-blog.com
JCFrogBlog II
Le Monolecte
Du trASh et DeS bAiSerS!!!
Le blog de Louis Lepioufle
Fucking disgrace
Le blog de Désirs d'Avenir Paris 5
Choblab
Les nouvelles de l'atelier
Pensée Libre
Dans ma bulle
Margaud cuisine mais préfère diner en ville
La pire Racaille
Ségorama
Avec nos gueules...
Gauche Unie
Marketing insolite
le blog d'une femme de sportif
buzzz marketing
J'ai rarement tort ...
Le Parisien Libéral
Démocrate sans frontière
FOLIO DU BLANC-MESNIL
Fédération PS de l'Aisne
Le Solitaire de la Lune
Buzz Buzz Blog
les Cénobites tranquilles
dadavidov homepage
Faut qu'çà change !
Partagez mes vannes
Raaahaa !
Désirs d'Avenir 77 Crécy
Humeurs de Jean Dornac
La gauche 2007
CGT Là Aussi...LA SEULE PUBLICATION
citoyen actif
PS - Chambery
Blogorama blog
Assr38's Weblog
Pêle mêle
Parti Socialiste Nîmes - section Marianne
Rénovation et Pragmatisme
Laissez entrer le soleil...
L'avenir est dans l'dialogue
Désirs d'avenir - Secondlife
Veye

ces blogonistes ont tous été invité.e.s par un dénommé Stef à désigner leurs candidat.e.s PS pour dimanche. Bon moi c'est Royal/Montebourg mais pour la présidentielle comptez pas sur moi pour voter PS. (Voilà le chapitre "liens" bouclé pour le mois !)

mercredi 5 octobre 2011

Retour sur Vittoria Colonna


Se con l'armi celesti avess'io vinto
me stessa, i sensi e la ragione umana,
andrei con altro spirto alta e lontana
dal mondo e dal suo onor falso dipinto.

Sull'ali della fede il pensier cinto
di speme, ormai non più caduca e vana,
sarebbe fuor di questa valle insana
da verace virtute alzato e spinto.

Ben ho già fermo l'occhio al miglior fine
del nostro corso, ma non volo ancora
per lo destro sentier salda e leggiera.

Veggio i sogni del sol, scorgo l'aurora,
ma per le sacri giri alle divine
stanze non entro in quella luce vera.


Si avec les armes célestes j’avais vaincu
les sens et la raison humaine,
j’irais d’un autre esprit plus haut et loin
du monde et de ses faux honneurs

Sur les ailes de la foi, la pensée ceinte d’espoir,
désormais ni déchue ni vaine,
serait poussée et élevée, par la vraie vertu,
en dehors de cette folle vallée.

Eh bien, j’ai déjà arrêté mon œil au meilleur objectif
de notre parcours, mais je ne vole pas encore,
ferme et légère par le droit chemin.

Je vois les rêves du soleil, je vois l’aube,
mais pour [ce qui est de] la visite des divines chambres,
je n’entre pas dans cette vraie lumière.

---------------------------------------------------------------------------------------------------
Merci à Dominique historienne pour la traduction de ce beau poème sur la quête
de la voie spirituelle qui nous mène au vrai.
Poème que j'avais publié ici où Dominique m'a gentiment laissé sa traduction.
EllaB qui s'est vue en cette grande figure de la poésie italienne dans mon tag, ne
manquera pas d'apprécier !
---------------------------------------------------------------------------------------------------

mardi 4 octobre 2011

Les femmes ne sont pas le point fort du Magazine Littéraire


Toute à mon exploration du XVIe siècle, que ne tombé-je sur le dernier numéro du "Magazine Littéraire" entièrement consacré à Rabelais ? Bien que ce journal soit à l'évidence un support pour concours de binettes masculines (environ 60 dans ce numéro contre 15 féminines, et encore, en cherchant bien et en comptant les portraits timbres de poste qui ont cours chez les lilliputiens), force me fut de l'acheter.
Arrivée à la page 68, oh surprise ! J'y trouve le portrait de Marguerite de Valois ce dont je m'étonne grandement étant donné que Rabelais et elle ne sont pas contemporains.
Et c'est là que je découvre avec une stupéfaction légèrement teintée de mépris qu'il faut y voir Marguerite de Navarre dont Madame Mireille Huchon, autrice de l'article et vieille connaissance de ce blog, fait mention comme protectrice dudit Rabelais mais ne semble pas en connaître l'apparence.
Madame Mireille Huchon a t-elle jeté un oeil sur l'article avant publication ? Le contraire m'étonnerait plutôt mais accordons-lui le bénéfice du doute.
En tout cas, je ne félicite pas ce journal qui non seulement n'est pas gêné de laisser une part aussi énorme aux portraits masculins mais ne peut pas même publier le portrait féminin approprié quand il s'agit d'évoquer la rarissime femme alibi !
Et n'allons pas croire que l'article consacrerait ne serait-ce qu'un paragraphe à celle qui n'est pas représentée là (mais sa petite nièce), deux lignes suffisent. Deux lignes pas vraiment flatteuses non plus. Restons humbles, voyons.
C'est si peu d'elle qu'il s'agit dans ces "mécènes mis en scène" que je me demande si c'était bien la peine de la mentionner.

Ah au fait : Mireille Huchon a commis un livre sur Rabelais dans lequel elle n'explique PAS qu'il serait en réalité de l'autre sexe (comme elle avait fait pour Louise Labé).
Ah.
On est déçu.